Amour, acceptation, pardon – suite et fin

Troisième partie : l’amour

Allez, qui n’a une opinion bien arrêtée sur l’amour ? Je vais m’y mettre moi aussi.

Cette fois encore je vais commencer par ce qu’il n’est pas. Ce n’est pas de la possessivité. D’ailleurs le test le plus simple pour savoir si ce qu’on ressent c’est de l’amour ou pas est de se poser la question : « Qu’est-ce qui est plus important pour moi ? Que la personne que j’aime soit à moi ou qu’elle soit heureuse ? » Cette question provient du livre « Love and addiction » écrit par Stanton Peele et Archie Brodsky que je vous recommande vivement.
Ce n’est pas non plus de l’attraction physique, même si elle joue un rôle important dans la relation.
Enfin, ce n’est pas du contrôle. La personne aimée n’est pas une marionnette, elle a une vie et une volonté en dehors de vos fantaisies et de vos attentes. Le besoin de contrôle n’est pas une preuve d’amour mais de peur – peur de perdre l’autre et la sensation de pouvoir qu’on tire de cette relation. C’est une pente glissante vers des abus psychologiques et physiques.

Qu’est-ce l’amour ? Je ne sais pas 🙂 . Pour moi c’est une boîte noire. Ce que je connais ce sont les effets que l’amour a sur la personne amoureuse : il la pousse à être meilleure, à vouloir le bonheur de la personne aimée même au prix de la perdre, à vouloir la connaître, à passer du temps ensemble. Il vous pousse à accepter et à pardonner la personne que vous aimez.

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Langages_de_l%27amour pour les cinq manières d’exprimer son amour : des cadeaux, du temps passé à deux, des paroles valorisantes, des services et du toucher. Chacun maîtrise un ou deux de ces langages. Ce qui peux mener à de malheureux malentendus quand les deux partenaires ne « parlent » pas le langage de l’autre.

S’aimer

Épargnez-moi les blagues vaseuses. Je parle de la même notion d’amour que plus haut, mais tournée vers soi. S’aimer implique s’accepter et se pardonner, soigner son corps et son âme, s’offrir des petits cadeau, du temps de qualité, s’offrir des paroles valorisantes, faire des choses pour soi (embellir son cadre de vie par exemple) et aussi se toucher, accepter et apprécier son corps exactement comme il est. Ce n’est pas de l’égoïsme mais du respect de soi.
L’amour de soi n’empêche et ne diminue pas l’amour pour les autres, au contraire, c’est la condition indispensable pour être capable d’aimer les autres.

Ceux qui attendent de l’autre qu’il comble par son amour leur manque d’amour de soi se fourrent le doigt dans l’œil.
Nous ne pouvons pas donner aux autres, ni ne pouvons accepter des autres, plus d’amour (ni d’acceptation ni de pardon) que ce que nous nous donnons nous-mêmes (beaucoup de nous là-dedans 🙂 ).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :