Ce que les livres romantiques ont en commun

J’aime bien lire des livres romantiques. Elles finissent bien, les méchants sont en général punis, les personnages principaux apprennent des leçons de vie et en ressortent grandis.

Je ne parle pas de la série Harlequin qui est trop prévisible et facile : dans ses livres le fil de l’action est trop linéaire : dès les premières pages il s’approche d’elle comme un prédateur, l’embrasse et la laisse tremblante et pantelante, et ensuite ça ne fait qu’empirer dans une suite d’événements pas du tout réaliste.

Non, ce que j’aime c’est les livres romantiques qui ont plus de substance et de réalisme, dans lesquelles les actions et réactions des personnages sont plausibles, qui m’apprennent des choses – par exemple les derniers livres que j’ai lu parlaient de dyslexie ou de daltonisme.

Tout en étant divers, ces livres suivent un parcours typique : la rencontre, l’attraction, le premier baiser, la première rencontre torride, un plateau dans lequel l’un ou les deux partenaires prétendent que leur relation n’est rien de plus que du sexe, la séparation – suite à une dispute ou à un secret découvert – puis la souffrance des deux protagonistes, l’admission de celui qui a opposé le plus de résistance qu’il est amoureux, la confession à l’autre et la fin heureuse.

Les obstacles à la relation sont en général les expériences passées des deux personnages : une enfance vécue dans une famille dysfonctionnelle (violence, divorce, addictions, abus physiques ou psychiques), un secret (personnel – par exemple l’un des deux ne peut pas avoir d’enfant ou a déjà un enfant – ou professionnel), les conventions sociales (différence d’âge, de statut social, ex-petit(e) ami(e) d’un ami/frère/sœur), une expérience amoureuse passée douloureuse – dans les livres de la « seconde chance », avec le même personnage.

En général les deux personnages ont une vie bien établie avant de se rencontrer, des habitudes et des secrets bien gardés, des plans et des rêves qui n’incluent pas l’autre. L’un des deux se fraie petit à petit une place dans la vie de l’autre jusqu’à un point où l’autre sent l’équilibre de sa vie menacé. A ce moment l’autre réagit par la peur ou la colère, une dispute éclate et les deux se séparent. L’un ou les deux essaient de revenir à leur vie d’avant et de se convaincre qu’ils seront mieux sans l’autre. Évidemment, ça ne marche pas, ils sont malheureux et il n’y a plus de retour en arrière possible une fois qu’ils aient goûté aux bonheurs de la vie en couple. Le dénouement vient avec la capitulation totale de l’un ou des deux, une admission que l’amour qui les unit est plus important que tout ce qui les sépare, une réunification et une fin heureuse.

Dit comme ça ma présentation peut paraître sèche. Je pourrais (presque) créer un programme qui génère des scénarios. Où est le rêve ? Si le scénario est le squelette, c’est l’écriture qui donne vie au livre, les détails qui font que je peux m’identifier aux personnages.

Voilà, c’est des pensées qui me trottaient dans la tête. Et vous, qu’est-ce que les livres romantiques vous apportent ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :